Les jeunes se mobilisent pour l’environnement

Cop21 (1)On assiste  en  ce  moment  à  un grand nombre de manifestations et  évènements  à travers l’ Europe  pour  préparer   la  COP21   qui se tiendra à Paris au Bourget en décembre 2015:  La COP21 , c’est la Conférence des Parties ayant signé la Convention Cadre des Nations Unies contre le Changement Climatique.  195  Etats  sont  engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique.   L’objectif de cette  réunion  est de parvenir à un accord international sur le climat pour maintenir le réchauffement climatique mondial en deçà de 2°C.  La France et l’Allemagne ont donc un rôle à jouer dans la recherche d’un consensus, aussi bien au sein des Nations Unies  que de l’Union européenne.  C’ est  pourquoi  la chancelière , Mme  Angela Merkel et le président français François Hollande, participaient en mai  à Berlin à la 6e édition du Dialogue de Petersberg sur le climat. Ensemble, ils ont appelé la communauté internationale à se mobiliser pour aboutir à un accord sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

cop21De nombreuses  activités  visant  à  préparer  ce  sommet  sont  déjà  proposées   aux  jeunes  qui  souhaitent  avoir  un  rôle  dans  ce  domaine :  elles  sont  initiées  par  des  régions  ou par  des  organismes  publics . En  France , ce  sont  souvent  des  étudiants  bénévoles qui interviennent dans les établissements scolaires pour faire prendre conscience  aux lycéens    de la nécessaire mobilisation de tous sur l’évolution des comportements concernant la consommation énergétique, le tri des déchets, les déplacements, la bio-diversité…

Le Mercredi 17 juin à l’ occasion de la 2ème Journée de la diplomatie climatique européenne, 11 ambassadeurs  et  diplomates de  28 pays  se  sont  rendus  à vélo  des  Champs Elysées  au Quai d’ Orsay , à  Paris .

Les  jeunes  français , allemands  et  marocains  âgés  de 16 à 25 ans  sont  également  invités  à   participer  à  un  rassemblement  appelé  « Prends ta planète en main »  organisé  par  l’ Office  Franco Allemand  pour  la jeunesse (OFAJ)   à Hambourg    du 9 au 13 septembre 2015  pour échanger  dans des débats  avec des scientifiques . Des ateliers artistiques  seront mis en place sur le thème du changement climatique et de ses répercussions. Il  y  aura  également  des animations scientifiques et des expositions .

Les jeunes Allemands, moteur de la transition énegetique

L’ université  LEUPHANA  de  Lüneburg  s’ est vue confier  par  GREENPEACE   une étude  dont les résultats  ont  été  rendus publics  en janvier 2015 .  L’ étude portait  sur    les opinions et les attitudes d’ environ 4000  jeunes face aux transformations en cours sur la planète  et  la transition énergétique .  Elle  montre  que la plupart  des  jeunes allemands plébiscitent  la transition énergétique .  Parmi les sujets qui préoccupent les jeunes en matière de protection de l’ environnement,la lutte contre le changement climatique vient en tête . La plupart des jeunes gens interrogés  trouvent que ça vaut la peine de s’ investir dans des actions pour réduire la consommation en électricité . Ils sont prêts à participer à des actions citoyennes  de type  manifestations    ou à des projets de niveau régional  portant sur l’ énergie . Mais  tres peu (env 6 % )  ont envie de s’ engager politiquement pour promouvoir la transition énergétique De plus en plus de jeunes s’ interessent à  l’ électricité provenant d’ énergie renouvelable  et 16 %  en consomment . C’ est surtout au Lycée , à l’ âge entre 15 et 18 ans que l’ on apprend les eco-gestes . Les jeunes en font (éteindre la lumière, baisser le chauffage etc..) , mais  ils admettent qu’ils pourraient en faire plus . La plupart des jeunes interroges voudraient voir la part des énergies renouvelables   croître et sont conscients que l’ on parle là de leur avenir.  Les hommes    politiques qui voudront gagner les suffrages des jeunes allemands  âgés de  18  à 24 ans  devront tenir compte de cette tendance  et comprendre  qu’ ils ne doivent pas freiner la transition énergétique .

Plus d’internet en 2023, une bonne nouvelle pour la planète ?

internet_earthEn Mai 2015, la Royal society (equivalent de l’academie des sciences en Angleterre) organise un symposium scientifique sur la question de la crise de capacité d’internet. En effet d’après eux la fin d’internet pourrait subvenir dès 2023. En cause, l’essor des objets connectés, des smartphones, de la vidéo à la demande et par internet mais aussi du Cloud computing entrainant une pénurie d’énergie.

Si cette théorie divise, et fait sourire certains qui repensent au 4 fois où l’internet aurait déjà du mourir (bug de l’an 2000, arrivée des pays émergents en 2004,…) il faut toutefois constater l’impact environnemental d’internet.

Il est aujourd’hui impossible de se passer d’internet, de ses services de recherche, de ses réseaux sociaux mais ces pratiques ont un impact sur l’environnement. Et les chiffres sont étonnants, l’envoi d’un e-mail émet entre 0,3 et 50g de Co2 (avec des pièce jointes volumineuses) ainsi sur l’année 2014, 192 milliard d’e-mails ont été envoyés dans le monde ce qui équivaut à l’empreinte environnementale de 3,1 millions d’automobiliste en un an. Le visionnage des videos sur youtube consomme 1,2% de la consommation électrique mondiale.

D’autre part le stockage des informations disponibles sur internet se fait dans des « Data centers » appelés usine de l’air numérique. Aux Etats Unis certains data centers comme ceux de google ou de facebook consommerait à eux seul la même quantité d’électricité qu’une ville comme celle de Strasbourg. En France ces établissements consommeraient environ 9% de notre électricité et le projet Grand Paris réserve 25% de sont électricité pour ces bâtiments. Bien que les nouveaux data center utilisent des techniques permettant d’économiser jusqu’à 35% de leur consommation, la consommation des data centers augmentent de 10% chaque année dans le monde.

green-it-580x224-banners_tcm18-30038Face à ces constats le green IT ou green computing est un concept qui vise à réduire l’empreinte écologique de l’informatique et ce à chaque stade de sa vie.

La fabrication de matériel informatique contribue déjà aux impacts négatifs sur l’environnement avec la dispersion de produits toxiques ou écotoxiques dans la nature. En plus de sa grande consommation énergétique durant sa vie (« 420 TWh en 2008 (égale à la consommation d’électricité de la France) à 616 TWh en 2013 ») , l’informatique génère une grande quantité de déchets toxiques (DEEE) En France ceux-ci représentent 24g de DEEE/an/habitant dont seulement 15% sont collectés et recyclés.

Ecolabel_logookbat20102000px-BE_Logo_JuryUmweltzeichen_MenschUmwelt.svgIl existe alors des labels globaux : Blue Angel, Epeat, TCO et Eco-Label qui couvrent l’ensemble du cycle de vie d’un matériel informatique, de sa conception à son recyclage. Ils intègrent donc la dimension énergétique et répondent parfois aussi aux contraintes réglementaires européennes. Mais aussi des labels spécialisés dans la consommation d’énergie comme Energy Star et 80plus.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/07/01/les-centres-de-donnees-informatiques-gros-consommateurs-d-energie_3439768_3244.html

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/05/12/internet-congestionne-d-ici-a-2023-pas-si-vite_4631574_4408996.html

http://www.franceculture.fr/emission-le-choix-de-la-redaction-data-centers-les-ogres-energivores-d-internet-2012-12-25-0

http://www.liberation.fr/economie/2014/08/24/les-data-centers-monstres-avides-d-energie_1086175

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/07/07/les-data-centers-de-vraies-usines-electriques_1546181_3244.html

http://e-rse.net/empreinte-carbone-internet-green-it-infographie-12352/

Berlin autorise l’extraction du gaz de schiste

7392799Il y a encore quelques mois, le gouvernement de la chancelière allemande Angela Merkel était encore complètement opposé à l’exploitation du gaz de schiste en Allemagne. En effet, la méthode utilisée pour extraire le gaz de schiste par fracturation (c’est-à-dire en injectant sous très haute pression un fluide pour fissurer la roche et en extraire le gaz) est controversée, car elle risque de polluer les nappes phréatiques.

Gaz-de-schiste-allemagne1La décision d’autoriser la fracturation hydraulique a provoqué un tollé dans toute l’Allemagne. En effet, depuis avril 2015, l’Allemagne autorise la fracturation hydraulique, qui est indispensable à la recherche et à l’exploitation du gaz de schiste.

Les uns et les autres trouvent des raisons différentes pour expliquer cette volte-face du gouvernement fédéral. Il aurait ainsi cédé à la pression de l’industrie qui espère exploiter les gisements estimés à deux virgule trois milliards de m3 de gaz de schiste pour satisfaire la demande en énergie pendant une trentaine d’années.

Les industriels, eux, espèrent donc que l’augmentation de l’offre en gaz entraînera une stabilité des prix en Allemagne. Le pays dépense chaque année environ quatre-vingt-dix milliards d’euros en importation de pétrole, de gaz et de charbon. Non seulement l’Allemagne cherche, par ce moyen, à réduire sa facture énergétique, mais elle veut également réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie, et ce principalement depuis le début de la crise ukrainienne.

Le gouvernement fédéral voudrait, de plus, diversifier ses approvisionnements, et envisage ainsi d’importer du gaz de Turquie pour l’ajouter au gaz norvégien. Le pays doit compenser la diminution progressive de la production d’origine nucléaire, et limiter la part d’électricité produite par des centrales thermiques au charbon qui émettent des gaz à effet de serre.

shale-gasL’Allemagne espère également regagner en compétitivité face aux États Unis car, depuis que les américains exploitent leur gaz de schiste, ils paient beaucoup moins cher leur énergie. Elle souhaite donc suivre cet exemple, et être plus indépendant et de réduire la facture énergétique.

Le texte de loi évoqué plus haut interdit également l’utilisation du « fracking » (c’est-à-dire la fracturation hydraulique) à moins de trois mille mètres de profondeur et dans certaines zones géologiques.

http://www.usinenouvelle.com/article/gaz-de-schiste-l-allemagne-finalise-sa-loi-qui-encadre-la-fracturation-hydraulique.N322739

http://www.euractiv.fr/sections/energie/lallemagne-se-rapproche-dune-interdiction-de-la-fracturation-hydraulique-303843

http://www.lesechos.fr/journal20150402/lec2_industrie_et_services/0204273130519-gaz-de-schiste-berlin-encadre-lexploitation-1107730.php

OGM l’Allemagne changerait-elle d’avis ?

téléchargementAprès de longs et nombreux débats sur la question des importations d’OGM, la Commission Européenne a tranché. Le 22 avril dernier, il a été proposé une gestion individuelle de ces organismes génétiquement modifiés par les pays européens.

Juste après cette décision, la Commission Européenne a autorisé – par manque d’avis contraires au sein du Conseil – l’importation de dix-sept nouveaux OGM. Aujourd’hui, ce sont donc soixante-huit OGM destinés à l’alimentation humaine qui bénéficient d’une autorisation d’importation en Europe libre.

Alors… à l’État membre de se décider !

Si l’Allemagne semblait pourtant être du côté des Anti-OGM – puisqu’elle interdisait encore en 2009 la culture du maïs transgénique MON 810 (qui est la seule culture autorisée en Europe) et que la majorité du public allemand est positionné en défaveurs des OGM – le gouvernement allemand n’a pourtant pas l’air décidé à interdire les importations d’OGM.

Le gouvernement allemand revendique le fait qu’une interdiction de ces organismes aurait un « impact négatif sur la libre circulation des marchandises dans le marché intérieur de l’Union Européenne ». D’ailleurs, ces produits sont déjà bien présents sur le marché allemand.

En effet, l’ONG WWF estime que 80 % des importations allemandes de soja sont issues de culture d’OGM, et le régime du bétail est en grande partie à base d’aliments OGM.

mcd_gewinner_0Alors que Greenpeace allemagne dénonce l’utilisation de nourriture à base d’OGM utilisée pour élever les animaux qui se transformeront en hamburger, la grande distribution allemande a pris les devants en demandant à leurs fournisseurs, dès le 28 Août dernier, de cesser de leur vendre des volailles nourries aux OGM ou les œufs produits par ces dernières, affirmant que les aliments brésiliens sans OGM sont en assez grande quantité pour les besoins du marché européen. Cette industrie a alors décidé de créer un groupe de travail sur ce sujet.

Il est d’ailleurs difficile de savoir s’il on mange ou pas des produit à base d’OGM sachant que tout produit contenant moins d’1% d’organismes modifiés n’est pas étiqueté comme contenant des OGM. Il en est de même pour les produits animaliers nourris aux OGM.

http://www.euractiv.fr/sections/agriculture-alimentation/merkel-imposera-t-elle-les-ogm-aux-allemands-314081

http://www.europe1.fr/international/ogm-le-double-jeu-de-l-allemagne-1798413

http://www.infogm.org/ALLEMAGNE-Accord-sur-une-loi  

http://www.bastamag.net/Allemagne-la-grande-distribution  

http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/02/10/bataille-europeenne-au-sujet-d-un-nouveau-mais-ogm_4363355_3244.html  

http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/06/12/ogm-tout-comprendre-a-la-nouvelle-legislation-europeenne_4436881_3244.html  

http://www.journaldelenvironnement.net/article/la-legislation-allemande-sur-les-ogm-restera-severe,20259  
http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/06/12/ogm-tout-comprendre-a-la-nouvelle-legislation-europeenne_4436881_3244.html

Sommet du forum international des transports

ITFChaque année, un grand événement est organisé à Leipzig : le Sommet du Forum International des Transports. Il a lieu dans les locaux de la Leipzigermesse. Cette manifestation réunit les Ministres des Transports, des chefs d’entreprises de Transport et des responsables des cinquante-quatre pays membres, ce qui équivaut à plus d’un millier de personnes. Elle s’est déroulée du 27 au 29 mai 2015, avec, par exemple, au programme : des conférences, des tables rondes, des débats et des visites techniques, ainsi qu’une visite de Leipzig un peu particulière… puisqu’elle se fait à vélo !

Chaque année, le Sommet du Forum International des Transports choisit un thème particulier, et celui retenu cette année est : « Transport, Commerce et Tourisme. La mobilité dans un monde connecté ».

La réunion annuelle à Leipzig a plusieurs objectifs : tout d’abord, favoriser les échanges et les partenariats entre les différents pays membres, puis développer des projets entre les pays étrangers, ou encore d’aider ces pays dans la recherche de financement.

En 2015, l’accent a été mis sur la contribution des transports dans la lutte contre le changement climatique. Ce sommet constitue alors une étape préparatoire à la Conférence sur le Climat, qui aura lieu à Paris en décembre prochain.

Capture d’écran 2015-06-30 à 22.48.03

Cette organisation intergouvernementale est liée à l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques), et est soutenue par des sponsors tels que la société canadienne BOMBARDIER, l’allemand DEKRA, le néerlandais NXP. On peut citer parmi les exposants La Banque Européenne d’Investissement, le Ministère Français de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, ainsi que le Ministère fédéral allemand du Transport et des Infrastructures Digitales, ou le groupe DB (Deutsche Bahn).

Des chercheurs et des universitaires en provenance de quatre-vingt pays constituent un think-tawlk, qui a pour but de réfléchir, entre autres, aux sujets sur l’amélioration des transports urbains afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

L’organisme affiche un objectif ambitieux mais néanmoins réalisable : veiller à ce que les transports contribuent bien à la croissance économique tout en préservant le bien-être de la population et en respectant l’environnement.

http://www.codatu.org/actualites/sommet-du-forum-international-des-transports-a-leipzig-du-27-au-29-mai-presentation-officielle-des-initiatives-sur-le-transport-aupres-des-ministres-des-54-pays-membres/

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Forum-International-des-Transports,43478.html

Eviter l’extinction des abeilles en Europe

abeilles

« Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre » Albert Einstein

En 2013 la commission européenne vote une l’interdiction d’utiliser 3 pesticides les «néonicotinoïdes» clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame. (nocifs voire mortels pour les abeilles) prenant effet à partir de juillet 2013 et ce pour 2 ans. Nous arrivons à la fin de ces deux années, quel constat peut-on tiré ?

abeille_miel

Les abeilles sont de loin l’insecte le plus efficace en matière de pollinisation. Plus de 80% des espèces florales dépendent d’elles. Il se pourrait que plusieurs espèces d’abeilles disparaissent dans les années à venir. Ce sont plus de 16% des colonies mellifères qui ont disparu en Europe entre 1985 et 2005 avec des pertes plus importantes en Allemagne, Suède et Angleterre. En France ce phénomène est appelé syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles, durant la période 2005-2010 cette population à chutée de 20%. Sans abeilles, c’est plus de ¾ des cultures qui sont menacées notamment les fruits, légumes cacao, épices…

pesticides_abeillesWIl existe plusieurs facteurs expliquant la diminution du nombre d’abeilles. Parmis ceux-ci la pollution, les prédateurs (notamment le frelon asiatique ou Vespa velutina surnommé le mangeur d’abeille. Il suffit de 30 d’entre eux pour éradiquer une colonie de 30 000 abeilles) , les parasites , l’apiculture intensive et les maladies mais selon les experts ce sont bien les pesticides qui sont les premiers responsables de ce phénomène.

Les néonicotinoïdes sont surtout utilisés pour la culture du mais, colza et tournesol, même à faible dose, ils dérèglent le système nerveux des abeilles entrainant une perte d’orientation et un trouble du comportement entrainant bien souvent la mort.

Jugeant la nocivité de ces produits envers les abeilles dépassant leur utilité agricole après le rapport « Situation et tendances des populations des pollinisateurs en Europe » financé par l’UE, la commission européenne vote le 1 juillet 2013 l’interdiction de ces pesticides. Mais celle-ci ne se fait que sur certaines périodes (périodes d’activité des abeilles) et sur certaines cultures.

Si le choix n’est pas fait pour bon nombre de pays, la France a voté en Mars 2015 une interdiction de ces pesticides sur le territoire national à compter de janvier 2016. Il est plus compliqué pour l’Allemagne de prendre cette décision car le lobby de l’un des principaux fabricants de ces produits n’est autre que l’allemand Bayer qui multiplie les pressions en parlant de pertes économiques et massives d’emplois.

nearBeesPour sauver les abeilles, la start-up allemande Nearbees propose de rapprocher les consommateurs et petits producteurs grâce à une plateforme en ligne. Il est alors possible d’acheter un miel répondant à des critères éthiques et livrés dans une pochette en carton recyclé ce qui réduit selon Nearbees de « 90 % les déchets d’emballage et considérablement les émissions de CO2 ».

En France, le site http://www.untoitpourlesabeilles.fr/ vous propose de parrainer une ruche pour vous impliquer dans le sauvetage des abeilles et vous recevrez en plus un pot de miel provenant de VOTRE ruche !

http://info.arte.tv/fr/les-pesticides-tueurs-dabeilles

http://www.liberation.fr/societe/2013/04/26/les-pesticides-bayer-tuent-les-abeilles-selon-greenpeace_899250

http://www.leparisien.fr/environnement/trois-pesticides-tueurs-d-abeilles-interdits-dans-l-union-europeenne-29-04-2013-2768069.php

http://www.euractiv.fr/sections/sciences-legislation/bruxelles-interdit-des-pesticides-pendant-deux-ans-pour-preserver-les

http://www.courrierinternational.com/article/environnement-abeilles-et-pesticides-letude-scientifique-avait-ete-mal-interpretee

http://www.francesoir.fr/societe-environnement/abeilles-les-pesticides-neonicotinoides-interdits-par-lassemblee-nationale 

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/2774139/les-colonies-d-abeilles-s-effondrent-la-production-de-miel-aussi#.VVBkIs4RlAZ

http://www.francetvinfo.fr/economie/une-chaine-de-solidarite-mise-en-place-pour-sauver-les-abeilles_861387.html

http://www.wedemain.fr/Pour-sauver-les-abeilles-ils-creent-l-Airbnb-du-miel_a1072.html

EUROPÄISCHE NACHHALTIGKEITSWOCHE

14162-logo-semaine-europeenne-DD -vecto

Depuis quelques années des « semaines du développement durable » se déroulent en France, Allemagne et Autriche. Pour que cette action prenne de l’importance les ministres de ces 3 pays ont proposé au conseil environnement le 28 octobre dernier d’étendre cette action à toute l’Europe.

Ainsi du 30 mai au 5 juin 2015 se déroulera la « semaine européenne du développement durable ». Cette événement, supporté par l’ ESDN (European Sustainable Development Network), vise à donner de la visibilité et à soutenir des projets, initiatives et actions en faveur du développement durable afin d’inciter l’adoption de comportements responsables

Tout projet ou initiative doit concerner au moins une des trois dimensions du développement durable (environnement, social ou économique) pour pouvoir s’inscrire à cet événement. L’inscription est ouverte à toute sorte de participants : « organismes gouvernementaux, instituts de recherche, établissements scolaires, musées, fondations, associations et entreprises aussi bien qu’à tous les citoyens. » Pour apporter son aide aux différents projets, il suffit de se rendre sur le site http://www.esdw.eu/?lang=de et de rechercher les projets existants à proximité.

20150513_logo_dt_Nachhaltigkeitstage

Pour cette première édition ce sont déjà 3362 initiatives qui sont proposées dans 27 pays, la plupart en France et en Allemagne. En Allemagne plus de 950 évènements recensés et plus de 269 pour la région parisienne seulement. Ces actions sont diverses et variées allant de la fabrication de pain bio aux congres en passant par les activités pour enfants sur le thème du développement durable.

Une conférence politique suivra cette semaine et aura lieu du 16 au 18 juin à Bruxelles dans le bâtiment Charlemagne de la commission Européenne. Celle ci consistera en :

– Des sessions politiques organisées par la Commission européenne ;

– Des sessions organisées par les parties prenantes du secteur énergétique ;

– Une cérémonie de remise des Prix de l’énergie durable ;

– Une exposition interactive et un village de prise de contacts.

En espérant que ces actions auront un réel impact sur les mentalités et que vous y participerez.

http://www.esdw.eu/?lang=de

http://evenements.developpement-durable.gouv.fr/campagne/sedd2015

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Edition-2015.html

http://www.aktionstage-nachhaltigkeit.de/aktionen/page/7.html